Autres pièces

Comment poser une fenêtre en bois ?

C’est décidé, vous allez installer vous-même des fenêtres en bois. Même si c’est une grande première pour vous, ne stressez pas, tout va bien se passer ! Pour y arriver, il vous suffira de ne pas brûler les étapes. Et comme on est sympa, on va tout vous expliquer, pas à pas. À vos marques, prêts, montez !

Comment poser une fenêtre en bois ? On vous explique tout !

1ère étape  : on soigne la réception

Matériel : 1 cutter, 1 mètre, traverses

Poser une fenêtre, quelle péripétie !

Cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant. Lorsque l’on vous livre les fenêtres, la première chose à faire est d’en contrôler la qualité et la conformité. Ce serait ballot d’avoir déjà fait la moitié de boulot est de vous rendre compte que la fenêtre qu’on vous a livrée n’a aucune chance d’entrer dans l’encablure. Commencez donc par vérifier si dimensions notées sur le bon de livraison et sur les cartons d’emballage correspondent à ce que vous avez commandé. Comparez ensuite les correspondances avec les cotes tableau du chantier. On ne sait jamais. Deux précautions valent mieux qu’une !
Une fois cela fait, vous allez pouvoir stocker vos fenêtres en attendant de commencer le montage. Trois règles d’or : on ne les pose jamais à plat si on veut éviter des catastrophes ; on conserve les menuiseries isolées du sol (de préférence, sur des traverses) ; on met le tout à bien l’abri des intempéries, dans d’idéal dans un local bien aéré (pour les plus chanceux d’entre vous !).

Dernier conseil d’ami, quand vous transportez les cartons, attention à ne jamais faire glisser l’ouverture sur le sol… Sauf si vous voulez absolument prendre le risque de ruiner votre achat !
Vous êtes prêt ? C’est parti !

Soignez la réception de vos fenêtres en bois

Le moindre défaut sur le bois peut certes lui donner du caractère mais le mieux est tout de même de s’assurer qu’il ne présente aucune fissure trop importante

2e étape : on pose les tapées d’isolation

Matériel : 1 marteau, 1 maillet, 1 perceuse-visseuse ou 1 tournevis électrique, 1 pistolet à mastic et 1 cartouche de mastic acrylique ou silicone, 1 joint d’étanchéité

Nous voilà enfin dans le vif du sujet. Respirez, tout va bien se passer. Commencez par retirer les ouvrants, et stockez-les debout sur des cales dans un endroit ne gênant pas la pose du dormant. Laissez les cales de jeux sur les ouvrants et les dormants. Vous ne les retirerez qu’à la finition du chantier. Posez la menuiserie à plat, face extérieure vers le haut et protégez les faces en appui sur les tréteaux. Disposez ensuite les tapées verticales et horizontales avant de les encoller avec un cordon de mastic.
Cette deuxième étape est presque achevée. Promis, vous allez pouvoir bien tôt vous offrir une petite pause bien méritée ! Vous n’avez plus qu’à faire des avant-trous pour le passage des vis et à visser. Enfin, n’oubliez pas l’étanchéité au raccord tapée appui de la fenêtre.
Jusque là, tout s’est bien passé. On vous l’avait dit !

C'est le moment de poser les tapées d'isolation

Avant la pose des tapées d’isolation, il faut bien vérifier leur étanchéité

3e étape : on contrôle la maçonnerie pour préparer l’appui

Matériel : 1 niveau à bulle, 1 fil d’aplomb, 1 équerre, 1 enduit de dressage, 1 truelle, 1 maillet

Cette étape est un peu plus délicate que la précédente et les suivantes. N’hésitez pas à vous faire aider par un pro ou un habitué des travaux de maçonnerie. Il vérifiera alors la conformité de la pièce d’appui car le rejingot doit répondre aux normes de mise en œuvre des menuiseries. Niveau, équerrage de la baie, dressage des faces intérieures et vérification de l’aplomb des murs et des tableaux ; mieux vaut ne rien laisser au hasard pour éviter les mauvaises surprises.
L’appui doit être préalablement exécuté par le maçon (DTU 36-1, 37-1). Le rejingot doit être coulé en même temps que la tablette et non rapporté après la pose de la menuiserie. La cote X dépend du type de menuiserie et de l’épaisseur du doublage choisi. Un dressage de maçonnerie de 3 à 4 mm peut même s’avérer nécessaire si la maçonnerie présente des irrégularités (en cas de conception en parpaing ou en brique). Une précaution loin d’être inutile. C’est ce dressage qui vous assurera une étanchéité régulière… et donc la meilleure isolation.
Ça va toujours ? Rassurez-vous, le plus difficile est derrière vous.

Contrôlez la maçonnerie pour préparer l’appui avant de poser vos fenêtres en bois

Ah le niveau à bulles, un sacré allié celui-là! Et il est essentiel pour poser des fenêtres droites

4e étape : on pose des équerres de fixation

Matériel : 1 mètre, 1 niveau à bulle, 1 perceuse-visseuse ou 1 tournevis électrique

Juste un peu de concentration et de précision nécessaires pour cette opéraiton. Les équerres doivent être posées au droit des fiches ou des points de verrouillage des ouvrants. L’espacement entre deux fixations successives sur le périmètre de la baie ne doit pas être supérieur à 0,80 m. Positionnez l’équerre en désaffleur pour l’étanchéité (décalage entre deux pièces après un assemblage). Fixez l’équerre en la vissant dans le dormant (et surtout pas dans la tapée, malheureux !).
Vous avez déjà bien avancé. Bravo !

On pose des équerres de fixation

On pose des équerres de fixation

5e étape : on contrôle et on fixe la menuiserie

Matériel : 1 perceuse visseuse ou 1 tournevis électrique, 1 serre-joint ou 1 presse rapide, 1 joint d’étanchéité en mousse imprégnée pré-comprimée

On va maintenant s’occuper de la menuiserie. Présentez d’abord le cadre à « blanc » (c’est-à-dire sans l’étanchéité), centrez ensuite la menuiserie dans la baie maçonnerie, et bloquez le dormant en position (avec un serre-joint ou une presse rapide). Par la suite, percez au travers des équerres, les trous de fixation (avec une perceuse à béton et un foret carbure d’un diamètre 8 mm), retirez le cadre et posez-le sur les tréteaux. C’est alors le moment de dépoussiérer soigneusement la maçonnerie et la menuiserie.
Une précaution indispensable avant de poser le joint d’étanchéité en mousse imprégnée pré-comprimée sur la pièce d’appui avec une remontée de 10 cm dans les angles. Vous avez vraiment fait le plus dur. Vous pouvez être fier de vous !

Contrôlez la menuiserie avant de poser vos fenêtres en bois

Avec la perceuse visseuse, on fait certes de beaux trous, mais également beaucoup de poussières. Il faut donc bien dépoussiérer la surface de travail!

6e étape : on pose la fenêtre

Matériel : 1 perceuse-visseuse, 1 niveau à bulle, 1 fil d’aplomb, vis et chevilles, 1 joint élastomère, 1 pistolet à mastic avec 1 cartouche de mastic, 1 cutter, 1 rouleau de fond de joint

Vous arrivez alors à l’ultime étape de votre aventure. C’est l’heure de vérité. D’abord, positionnez le cadre dormant avec le plus grand soin en évitant de faire glisser le dormant latéralement. Vissez sans bloquer (avec une vis de type TORX 5*50). Vérifiez les niveaux et l’aplomb dans les 2 sens ainsi que l’équerrage par les diagonales. Accrochez ensuite les ouvrants et fermez la fenêtre. Enfin, réglez les jeux de fonctionnement, alignez les vantaux si nécessaire, bloquez définitivement les vis des pattes de fixation et insérez le fond de joint au pourtour de la baie entre la maçonnerie et la menuiserie. Encore un peu de concentration et d’effort, on vous promet, vous êtes presque au bout.
Il vous faut encore réaliser (avec soin !) l’étanchéité extérieure à l’aide d’un pistolet et d’un joint élastomère de première catégorie, de recouper la buse si nécessaire afin d’obtenir un cordon régulier. Dès que le mastic commence à polymériser, il suffit de lisser le joint extérieur avec le doigt et de l’eau savonneuse .

You did it ! Vous voyez ? Ce n’était pas si sorcier finalement !

Le meilleur pour la fin, la pose de la fenêtre

On y arrive enfin, la pose de la fenêtre

Autres catégories