Chambre

Choisir une peinture saine pour sa chambre

Les vieux posters des années 80 ont laissé de vilaines traces jaunes et grasses de pâte adhésive sur vos murs ? Il est temps de retrousser vos manches pour les repeindre. Mais attention, pas avec n’importe quoi.

La peinture ? Un travail d'équipe.

1er conseil : on choisit la peinture adaptée à la rénovation des chambres  

Sachez que l’on ne retrouve plus, dans les peintures actuelles, certaines substances dangereuses pour l’homme et l’environnement comme le mercure. Mais certaines peintures sont plus saines que d’autres comme la peinture à l’eau dite « en phase aqueuse ». C’est le cas de la peinture acrylique qui possède de nombreux avantages. Elle se dilue dans l’eau et sèche vite mais elle est en plus inodore grâce à son solvant à base d’eau. Vous la trouverez en finition mate et même en version brillante ou satinée afin de pouvoir la lessiver.

2e conseil : on s’éloigne des peintures toxiques

Détournez-vous de la peinture « en phase solvant » dite glycéro. Son odeur est très forte et peine à disparaître. Qui plus est, elle émet davantage de Composés Organiques Volatils (COV) dans l’air que l’acrylique. Les COV, issus de dérivés du pétrole qui servent à fluidifier les peintures, sont des gaz nocifs à éviter.
Si vous cherchez un compromis entre le pouvoir couvrant de la glycéro et le faible taux de COV, il existe aussi les peintures alkydes. Elles sont en phase aqueuse mais conservent la résine synthétique pour une finition parfaite et résistante.

3e conseil : on décrypte les étiquettes des pots de peinture

Vous avez envie d’utiliser une peinture acrylique pour votre chambre ? Comparez leur taux de COV et quantité de métaux lourds car certaines en contiennent plus que d’autres.
Pour y voir plus clair, contrôlez les étiquettes. Depuis le 1er septembre 2013, les peintures sont obligatoirement étiquetées et classées de « A+ » à « C » en fonction de leur niveau d’émission de COV dans l’air intérieur après application.  « A+ » définit ainsi une catégorie de peinture peu ou pas polluante. La classification « C » est donc à proscrire si vous voulez une peinture saine.

Le choix de la peinture : une décision à réfléchir.

4e : on se fie aux labels verts

Si cette garantie ne vous suffit pas, des labels « verts » sont aussi indiqués sur certains pots de peinture : l’écolabel européen et la marque NF environnement, Öko-test, Ange Bleu (labels allemand) et Ecocert. Certains excluent l’utilisation de métaux lourds ou garantissent une teneur en formaldéhyde limitée, tandis que d’autres assurent un taux de COV inférieur ou égal à 30g/l. Sachez qu’Ecocert et Ange Bleu disposent des cahiers des charges les plus poussés.
Enfin, certaines marques de peintures naturelles n’affichent aucun label car elles estiment qu’ils ne sont pas assez exigeants. Consultez alors la composition intégrale des ingrédients utilisés et mentionnés comme garantie.

Autres catégories