Chambre

Isoler facilement sa chambre du bruit en 8 étapes

Côté insonorisation, votre chambre laisse à désirer. Vous avez l’impression de vivre avec vos voisins ? Les bruits de la rue deviennent insupportables ? Il est temps d’isoler la chambre des bruits intérieurs et extérieurs.

Isolez votre chambre pour retrouver des nuits au calme !

1ère étape : on choisit un revêtement acoustique mural

Si votre chambre est très spacieuse, vous pouvez sans doute accepter de perdre quelques centimètres carrés de surface au sol. En effet, selon le revêtement mural que vous choisissez pour isoler la chambre du bruit, l’épaisseur du matériau est variable. Ainsi, la laine minérale ou la laine de roche sont assez épaisses et très efficaces pour lutter contre les bruits. Cela dit, si vous avez une petite chambre, préférez un isolant acoustique de faible épaisseur en polyuréthane que vous devrez recouvrir de plaques de plâtre. Mieux encore : pour vous faciliter la vie, optez pour des panneaux isolants sous forme de doublage à coller directement sur les murs.

2e étape : on opte pour une peinture anti-bruit sur les murs

Savez-vous qu’il existe aujourd’hui des peintures anti-bruit ? Pour parfaire l’isolation acoustique des murs de la chambre, appliquez une peinture de finition « silence » après la sous-couche complémentaire. Cette peinture technique permet de réduire de jusqu’à 50 % les bruits extérieurs !

3e étape : on isole le plancher avec un revêtement de sol adapté

Si vous souhaitez changer les revêtements, pensez, avant la pose des matériaux qui recouvreront le sol, à appliquer une sous-couche acoustique résiliente. Ensuite, optez pour un revêtement en liège qui est un parfait isolant acoustique et thermique. Dans le cas d’une création de chambre et de combles à aménager, vous pouvez éventuellement surélever le sol avec une chape flottante composée de panneaux isolant et de plaques de plâtre.

4e étape : on calfeutre les portes et fenêtres

Sachez que le bruit, comme l’air, peut passer sous la porte ou la fenêtre. Pour lutter contre cela, il faut installer des joints de calfeutrement tout autour de ces ouvertures. Investissez également dans des rideaux phoniques ou des stores plissés alvéolaires pour créer une barrière contre les bruits extérieurs. Enfin, si vos fenêtres sont anciennes et abîmées, il faudra les remplacer par des fenêtres à double-vitrage en PVC. Cette technologie garantit également une bonne isolation calorifique.

5e étape : on s’équipe avec des fenêtres de toit anti-bruit

Votre chambre est située dans des combles aménagés ? Vous devez certainement appréhender les nuits pluvieuses puisque les gouttes frappent les carreaux et vous empêchent ainsi de dormir ! Sachez que certaines marques de fenêtres de toit proposent des modèles qui réduisent de 50 % le bruit de la pluie, et aussi le froid !

6e étape : on pose un faux-plafond

Si vous ne pouvez pas réduire les nuisances sonores par le dessus, vous pouvez toujours isoler par-dessous en installant un faux plafond. Selon la hauteur sous plafond de votre chambre, optez pour un faux plafond suspendu ou un faux plafond autoportant. Dans les deux cas, l’ossature doit être désolidarisée du bâti existant afin d’assurer un bon confort phonique.

7e étape : on limite les bruits de plomberie

La salle de bain attenante à votre chambre vous fait profiter, malgré vous, des bruits de tuyauterie. Si vous entendez des chocs dans les canalisations, il s’agit sans doute de coups de bélier liés à un problème de surpression. Pensez alors à installer un régulateur de pression pour limiter ces nuisances.

8e étape : on choisit de l’électro-ménager silencieux

Agissez aussi contre les petits bruits du quotidien comme ceux de la pendule qui égrène les secondes bruyamment. Choisissez plutôt un radioréveil digital pour ne pas perturber votre sommeil. Enfin, misez sur de l’électroménager silencieux et munissez-vous d’un casque pour écouter la musique ou la télévision.

Autres catégories