Comme un Pro

Un fendeur de bûches électrique ou thermique ?

Vu la quantité de bois que vous avez commandé pour chauffer votre maison, il va falloir vous équiper. Fini la petite hache de nain de jardin, place au fendeur de bûches ! Mais lequel choisir ?

Du bois de chauffe bien coupé à votre disposition grâce au fendeur de bûches

1er conseil : on s’intéresse au fendeur de bûches

Aussi appelé fendeuse à bois, le fendeur de bûches ne fend pas le bois mais l’éclate ! Il mérite bien son autre nom de casse-bois. Thermique ou électrique, le fendeur possède un moteur, une pompe hydraulique et un vérin. Le procédé est alors simple : la pompe hydraulique, entraînée par le moteur thermique ou électrique, actionne le vérin qui éclate la bûche en son milieu. Voilà de quoi économiser de l’huile de coude et s’éviter un tour de rein !

De même, il est possible de choisir l’orientation du fendeur à bûches :

  • horizontal : dans ce cas la bûche est couchée. Modèle parfait pour des bûches de petite taille, ne dépassant pas les 50 cm de longueur ;
  • vertical : ici, la bûche est debout. Cela s’apparente alors davantage à la découpe naturelle. Ce modèle est particulièrement intéressant pour la découpe des bûches plus volumineuses car, placé au sol, il facilite la manutention.

2e conseil : on distingue fendeur de bûches électrique et thermique

Le vrai signe distinctif entre le fendeur de bûches électrique et celui thermique est la force de pression. Elle est de 8 tonnes pour l’électrique et de 20 tonnes minimum pour la thermique.  C’est pourquoi la première est à privilégier pour les petites productions de bois, ne dépassant pas les 12 stères et la seconde réservée à un usage plus professionnel. En termes de pollution, de confort sonore et de transportabilité, le fendeur électrique remporte le combat car il est très silencieux et plutôt léger. Si l’objectif reste cependant la productivité, il faut plutôt miser sur son concurrent.

Fendez les bûches comme un pro!

3e  conseil : on utilise le fendeur de bûches avec efficacité

Veillez tout d’abord à la stabilité de l’appareil. Cela est essentiel pour une bonne découpe dans le sens des fils du bois, et pour votre sécurité. Une coupe en biais est à proscrire. Ensuite, le bois doit être sec et non humide car il devient alors difficile à couper.
Malgré ces précautions, deux cas de figures peuvent encore survenir :

  • la bûche n’est pas fendue : il faut alors la faire tourner sur elle-même de 90C° pour la fendre dans une autre position à l’aide d’une petite masse ;
  • la bûche est coincée : toujours à l’aide d’une petite masse, il est possible de la débloquer mais il faudra probablement finir la découpe manuellement avec une hachette.

Dans tous les cas, un kit de sécurité est le bienvenu : des gants de manutention, des lunettes de protection et de bonnes chaussures renforcées est le parfait attirail pour se protéger des escarbilles et autres chutes de bois.

4e conseil : on prend soin de son fendeur de bûches

Même si le fendeur de bûches ne demande pas beaucoup d’entretien, il faut le nettoyer après chaque utilisation. Il faut commencer par dépoussiérer et huiler la surface de guidage, puis vérifier le niveau d’huile de l’appareil si c’est un fendeur thermique. Pour ce faire, il faut placer le poussoir en position d’arrivée (vers le coin fendeur), et l’appareil en position verticale. L’aide d’une seconde personne est alors la bienvenue pour maintenir le fendeur dans cette position. Il faut ensuite dévisser et sortir la jauge d’huile, la nettoyer avec un chiffon propre (sans peluches), l’enfoncer et la ressortir de nouveau. Le niveau d’huile doit être situé entre min et max. Voilà, vous savez dorénavant prendre soin comme un chef de votre appareil ! Ni soucis de chauffage ni de tour de rein pour le prochain hiver !

Autres catégories