Jardin et extérieur

4 conseils pour recycler son sapin

Il faut se faire une raison. Noël, c’est bel et bien fini… Il est grand temps de s’occuper du sapin fatigué qui encombre votre salon. Et cette année, pas question de le déposer à la va-vite dans la rue ! Vous faites les choses bien : vous recyclez votre sapin.

Recyclez votre sapin vous ne le regretterez pas

1er conseil : on analyse le sapin

Avant de recycler un sapin, il convient de s’assurer que… c’est possible ! Au-delà de l’épineux sujet des arbres en plastique, tous les conifères ne peuvent malheureusement pas être recyclés. Seuls les sapins de noël non « customisés » (c’est-à-dire qui ne sont ni floqués, ni givrés, ni colorés) sont recyclables. Car ces effets sont réalisés avec de la colle – à base d’eau, de ouate, de cellulose – qui rend impossible le recyclage. Toutefois, sur certains, il est possible de se débarrasser complètement des artifices avant de passer à l’étape suivante.

2e conseil : on confie le sapin coupé à une déchetterie

Un sapin coupé peut être confié à une déchetterie ou aux services spécialisés de la commune. De nos jours, la plupart des villes prévoient des lieux à cet effet. Paris, par exemple, a mis en place cette année 164 points de collecte pour les sapins, ouverts 24h sur 24. N’hésitez donc pas à vous renseigner auprès de la mairie de votre commune.
Avant de déposer l’arbre, il faut veiller à ce qu’il soit nu, sans décoration, ni flocage, ni sac à sapin. A cette condition seulement les arbres pourront être broyés, puis transformés en copeaux, en paillage, en broyat. Particulièrement riche en anti-germinatives, le broyat de sapin servira de désherbant naturel, sera utilisé pour diminuer l’évaporation d’eau ou encore pour protéger les plantes de la froideur de l’hiver.

3e conseil : on recycle le sapin

Il est aussi possible de réutiliser son sapin comme bois de chauffage. Il est indispensable pour cela d’attendre que la sève de l’arbre soit bien sèche. Plusieurs mois seront donc nécessaires avant de pouvoir mettre le bois dans la cheminée. Cette étape n’est pas à négliger : encore vert, le bois dégagerait une fumée toxique.
Pour ceux qui habitent la montagne, une alternative plus originale : confier votre cher sapin à… un éleveur de chèvres. En effet, celles-ci adorent le conifère, qui joue pour elles un rôle précieux de vermifuge naturel.

4e conseil : on replante un sapin en pot

Vous aviez un sapin en pot ? Vous pouvez le replanter dans votre jardin – avec l’idée de s’en resservir l’année suivante – est sans doute la solution la plus écologique car la moins énergivore.
Commencez par choisir un endroit adapté à la plantation, qui ne soit pas soumis excessivement au soleil, ni au vent et qui laisse la place à l’arbre de grandir. Plantez le conifère dans un trou d’environ 60 cm de côté et de profondeur, un jour où il ne fait pas trop froid. Pensez à bien arroser la motte de terre, puis à ajouter du terreau pour conifère ou de la terre de bruyère. Enfin, n’hésitez pas à couvrir le sol de paillage pour le protéger.

Attention : évitez de planter un sapin agonisant. Si vous avez en tête de le replanter, mieux vaut en prendre bien soin lors de son séjour dans votre salon. Veillez à éviter les sources de chaleur excessives et à l’arroser régulièrement.

Autres catégories