Bricolage salon

Moquette ou revêtement plastique dans le salon ?

Habiller son sol peut s'avérer un vrai casse-tête. Moquette ou PVC, les revêtements rivalisent de créativité. Et en plus des considérations esthétiques, il faut intégrer les contraintes techniques : tous les revêtements ne s’adapteront pas à votre type de sol !

On prépare l’installation de son nouveau revêtement

1ère étape : on choisit la matière du revêtement

La moquette, douillette et isolante

Niveau matière, naturelle ou synthétique, elle a connu de nombreuses évolutions techniques et cumule pas mal d’avantages. C’est tout d’abord un excellent isolant phonique à privilégier dans la chambre des enfants en bas âge. Surtout si vous êtes en appartement ! Vous éviterez ainsi les plaintes de vos voisins agacés par le bruit insupportable des jouets dont la chute résonne sur le sol. C’est par ailleurs un très bon isolant thermique qui affiche une douceur et un confort adaptés aux intérieurs cosy. Idéale pour une chambre ou un dressing. Qui plus est, la sensation est très agréable sous les pieds !

Côté qualité, on trouve de tout. Référez-vous aux normes de résistance à l’usure. Les synthétiques, qui ont pris le dessus sur leurs consœurs pur laine, diffèrent beaucoup en fonction du procédé de fabrication (tuffage, nappage, aiguilletage, floquage…), de la longueur des fibres, de leur support et des divers traitements qu’elles ont subi. Avant de jeter votre dévolu sur la jolie bouclée rouge, vérifiez sa compatibilité avec votre type de sol auprès du vendeur et lisez toujours les conseils techniques mentionnés sur le produit. Vous ne serez peut-être pas en mesure de l’installer vous-même. La pose est aisée, sauf pour les moquettes de laine tissée que l’on réserve très souvent aux professionnels.

Ses points faibles ?

La moquette nécessite un entretien régulier qui n’est pas toujours aisé, et une propension à attirer les tâches. Café, jus d’orange, chocolat… elle en voit généralement des vertes et des pas mûres, maltraitée par les petits maladroits.
Asthmatique s’abstenir, la moquette est en effet être un véritable nid à bactéries.

Le plastique, résistant et facile d’entretien

PVC ou vinyle

Les revêtements plastiques sont souples et affichent une variété infinie de styles et de couleurs. Peu onéreux à l’achat et faciles d’entretien, ils arrivent en tête des ventes pour les pièces d’eau type cuisine et salle de bains (attention de ne pas glisser quand même), ainsi que pour les couloirs ou les entrées, des pièces de passage qui nécessitent un sol résistant.

Ses points faibles ? 

Effectivement, on les aime avant tout pour leur résistance, notamment avec un traitement polyuréthane, mais attention, ils ont une fâcheuse tendance à se déformer sous l’effet de la chaleur directe. À éviter dans une véranda ou sous une verrière, par exemple. Même s’ils sont faciles à laver et à entretenir, ils sont plus difficiles à poser que la majorité des moquettes.

Equipez-vous d’un cutter pour bien découper la moquette à poser

À retenir

Moquette

Les + : isolante phonique et thermique
Les – : entretien complexe, qualité assez variée, déconseillée pour les asthmatique

Sol PVC ou vinyle

Les + : résistant, facile à nettoyer
Les – : pose difficile, déformation sous l’effet de la chaleur

2e étape : on nettoie le sol

Matériel : 1 lessive dégraissante

Commencez par enlever les traces de colle, de cire ou autres taches résiduelles puis aspirez, lavez le sol et laissez sécher. En cas de problèmes d’humidité et de moisissures, traitez le sol avant de le recouvrir. Enfin, assurez-vous que votre sol est adapté au type de revêtement et/ou de colle choisis, en lisant assidûment les indications des fabricants.

3e étape : on ragrée au besoin

Matériel  : 1 enduit de ragréage

La qualité du sol aura une incidence importante sur l’esthétique, la pose et la longévité de votre revêtement. Parmi les mauvaises surprises envisageables, il y a les surfaces non planes qui nécessitent un ragréage (enduit auto-lissant à couler, qui aplanit et lisse le sol). Pas sorcier à réaliser, mais cela ajoute une étape. Pour ceux qui veulent recouvrir un parquet, veillez à ce que les lames soient correctement fixées (et remplacez celles qui sont usées).

4e étape : on choisit le type de pose

La pose libre
C’est la méthode la plus simple et la plus rapide. Un inconvénient cependant: elle ne convient qu’aux pièces inférieures à 20 m2. Et comme le risque de plis n’est jamais exclu, mieux vaut poser des meubles pour peser sur le revêtement. Amateurs d’intérieurs épurés s’abstenir.

Ses points faibles

Même si cette méthode nous fait de l’œil, il reste qu’il faut fixer les moquettes pour éviter qu’elles ne gondolent et prolonger leur longévité, et les revêtements plastiques pour leur éviter de glisser. Vous l’aurez donc compris, à moins d’entrer dans la catégorie méga fainéants, mieux vaut privilégier une fixation à la colle ou au double-face.

La pose collée
Elle permet d’éviter au revêtement de glisser. Elle convient ainsi parfaitement pour les pièces de fort passage telles que les entrées, les couloirs ou les escaliers. Attention cependant car les colles ne sont pas toujours compatibles avec tous les types de revêtements et/ou de sols. N’hésitez pas à coller le vendeur (mouais…) pour tout savoir sur les (in)compatibilités.

Ses points faibles

Apparemment simple, cette technique réclame quand même un certain savoir-faire, puisqu’il faut éliminer les bulles d’air au fur et à mesure de la mise en œuvre, soit avec les mains, soit à l’aide d’une spatule ou d’un instrument plat.
La méthode est déconseillée pour les inconstants et les fondus du changement de décor car il est généralement difficile d’enlever les résidus de colle.

La pose au double-face
C’est peut-être le meilleur compromis, car cette pose cumule de nombreux avantages, facile à réaliser, elle garantit une bonne fixation et peut être enlevée sans endommager le sol. La technique ? Fixer au sol un ruban adhésif double face sur les deux côtés adjacents ou sur une diagonale de la pièce, puis les recouvrir du revêtement choisi. Pas étonnant alors de voir l’engouement du grand public pour cette technique, d’autant qu’elle est adaptée pour les moquettes comme pour les sols plastiques. Une bonne option, surtout si on est en location et qu’on ne veut pas y laisser sa caution…

Autres catégories