Idées salon

Chauffage à bois ou pompe à chaleur ?

Se chauffer efficacement tout en respectant l’environnement ? On en rêve tous ! Reste à choisir entre le chauffage bois qui, comme son nom l’indique, se sert du bois pour alimenter une chaudière ou la pompe à chaleur (PAC), système d’air puisant dans les énergies renouvelables en vue de chauffer un espace. Quels sont leurs atouts et inconvénients respectifs ? Dans quels cas les adopter ? Cécile Bonnot, architecte DPLG, répond à toutes vos interrogations.

Chauffage au bois : une cheminée dans un salon

Quelle est la différence entre un chauffage au bois et une pompe à chaleur ?

Le chauffage au bois, comme son nom l’indique, fonctionne grâce à des bûches ou granulés permettant d’alimenter une chaudière ou un poêle. Quant à la pompe à chaleur, il s’agit d’un système gainable – bloc intérieurs reliés aux blocs extérieurs, le tout en une seule unité. Elle puise dans les énergies renouvelables en vue de chauffer un espace. Aussi, la pompe à chaleur se présente sous forme de bloc mural discret, n’entachant pas la décoration de votre intérieur.

Quel est le budget pour une pompe à chaleur ou un chauffage bois ?

L’aspect financier est le premier point à prendre en considération pour faire son choix entre un chauffage bois et une pompe à chaleur. La PAC air/air en split mural, c’est-à-dire avec une unité intérieure discrète, pour assurer le chauffage et la climatisation en hiver, est généralement d’un coût équivalent à un poêle à bois. La fourchette de prix varie entre 600 et 1200€, selon les marques. En revanche, une PAC air/air en mode gainable, dissimulée sous un faux plafond, ou une PAC air/eau, seront plus onéreuses à l’installation : de 10 000 à 15 000 €. Pour un chauffage au bois, on compte un budget de 600 à 2 000 € environ, en sachant que le poêle à bûches est moins cher que le modèle à granulés. Et il ne faut pas oublier que pour la PAC comme le chauffage bois, des aides financières existent : crédit d’impôt (CITE), aides de l’ANAH, etc.

PAC ou chauffage bois : quelle est la solution la plus confortable ?

Le poêle à bûches et le poêle à granulés offrent un bon confort thermique, qui se traduit par une agréable chaleur rayonnante. Quant au système à granulés, il est particulièrement performant : il permet de chauffer jusqu’à 100 m². On peut en prime programmer la température souhaitée en fonction des plages horaires. Si le poêle à granulés nécessite peu d’entretien en raison de la faible production de cendres, le poêle à bûches est plus contraignant : il génère beaucoup de saletés, un nettoyage régulier s’impose. Côté confort, la pompe à chaleur a le grand avantage de garantir un confort thermique 365 jours par an : chauffage en hiver et climatisation du logement en été. Cependant, si la PAC chauffe très vite, le système de convection peut créer une sensation de courant d’air dans la pièce. Aussi, il est important de bien choisir l’emplacement de l’unité intérieure, à quelques mètres des principaux lieux de repos (canapé, bureau, etc.).

Quel est le niveau de difficulté pour l’installation d’une pompe à chaleur ?

Se doter d’une pompe à chaleur nécessite un jardin, une terrasse ou un balcon où positionner l’unité extérieure. Or celle-ci peut être bruyante (plus de 60 décibels pour les modèles les moins discrets) : mieux vaut donc l’installer à distance des chambres comme des voisins. A noter à ce sujet que si vous êtes en copropriété, l’installation d’une pompe à chaleur sur le balcon nécessitera l’autorisation des copropriétaires au cours de l’assemblée générale annuelle. En revanche, à l’intérieur, l’installation de la PAC air/air en split mural est simple. Et en système gainable, l’absence de radiateurs apparents est un véritable avantage sur le plan esthétique.

zoom sur 2 capteurs de pression

Et pour l’installation d’un poêle à bûches ou à granulés ?

Celle-ci implique l’existence d’un conduit de fumée en toiture. S’il n’y a pas de conduit, il est nécessaire de le créer. Une opération évidemment plus envisageable en maison individuelle qu’en appartement…. Pour le reste, le poêle à bûches se révèle davantage encombrant que son homologue à granulés. Dernier point à ne pas sous-estimer : le stockage du combustible. Les bûches ou granulés devront nécessairement être conservés dans un espace sec et ventilé.

Quelle est l’option la plus écologique ?

Pour chauffer un intérieur, la pompe à chaleur utilise les calories extérieures gratuites (dans l’air, l’eau ou le sol). C’est donc une solution intéressante si vous recherchez une installation de chauffage respectueuse de l’environnement. Les économies d’énergie sont importantes : en choisissant une PAC avec un coefficient de performance (COP) de 4, 1 kWh d’énergie permet d’en produire 4. Dans le cas du chauffage au bois, il convient d’être attentif pour sélectionner le bon modèle. Avec le poêle à bûches, une pollution aux micro-particules sera émise si le bois est de mauvaise qualité et mal séché. Les granulés sont à privilégier car 97% du bois est brûlé, ce combustible n’est pas polluant. De plus, il s’agit d’une ressource renouvelable. En achetant local, vous contribuez à l’entretien des forêts, de pins notamment.

Autres catégories